Le réemploi de matériaux en architecture, quand les déchets valent de l’or ! – Se Loger

D’après la directive européenne de l’ordonnance sur les déchets, 70% des déchets de construction devront être recyclés d’ici 2020. En architecture, le réemploi apparaît comme une solution évidente face à l’impact environnemental du bâtiment. Le réemploi en bâtiment : donner une seconde vie aux matériaux Contrairement au recyclage, le réemploi dans le bâtiment n’exige pas de

Paris mise sur le réemploi dans le bâtiment – Techniques de l’ingénieur

La loi de transition énergétique pour la croissance verte prévoit que 70% des déchets du BTP soient valorisés en 2020. Le recyclage se développe dans ce cadre, mais le défi consiste aussi à massifier le réemploi dans le secteur. Paris compte bien servir de démonstrateur à l’échelle nationale et internationale. Le réemploi se développe doucement

Le réemploi des matériaux monte (doucement) en puissance – Le Journal du Grand Paris

Faut-il opposer recyclage et réemploi des matériaux issus des déconstructions de bâtiment ? Certainement pas. Les deux approches sont complémentaires et répondent à des problématiques différentes selon les chantiers. Décryptage. Dans le secteur du bâtiment, il convient de distinguer les produits de construction standard comprenant les matières premières initiales et secondaires (produites à partir de déchets

ZERM, DES ARCHITECTES DÉCONSTRUCTEURS EN QUÊTE DE RESSOURCES – AMC

Cinq jeunes architectes lillois, réunis du sein du collectif Zerm, lancent une campagne de financement participatif pour concrétiser leur projet: créer une ressourcerie de matériaux de seconde main à Roubaix (Nord). Les expérimentations liées au cycle de vie de la matière dans le champ de la construction se multiplient, preuve que « l’écoresponsabilité » du secteur du

Construction: utiliser les matériaux récupérés dans les bâtiments pour reconstruire ailleurs – France Inter

Un collectif belge a réalisé une plateforme pour réutiliser les matériaux récupérés dans les bâtiments vouées à la démolition. Ce collectif belge du nom de Rotor a crée la plateforme Opalis. Elle inventorie les matériaux de construction de seconde mains récupérés dans des bâtiments, des espaces voués à la démolition pour pouvoir les réutiliser. Il s’invite